conventions des sites naturels d’escalade


Conventions des Sites Naturels d’Escalade | L’urgence d’une cordée solidaire
 
François Petit, président de Climb Up :
 
« Mes souvenirs d’enfance demeurent profondément attachés aux falaises. Je me souviens, comme si c’était hier, du premier rocher que j’ai gravi à Champagny-en-Vanoise, assuré par mon frère Arnaud et encouragé par mon père. Du sommet de cette petite paroi, une immense fierté et une multitude de projets enthousiasmants s’offraient à mes dix ans.
Nous sommes nombreux à chérir de tels souvenirs et à souhaiter garder la possibilité de grimper dans nos 2500 sites naturels d’escalade français qui sont une source inépuisable d’enchantement et d’instants de fraternité. Les falaises sont des terrains propices à la connaissance de soi, à la découverte de la nature et au partage des valeurs essentielles de l’escalade avec nos compagnons de cordée. De nombreuses vocations sont nées au pied de ces falaises. Et pour certaines communes isolées, l’escalade est même devenue un facteur d’attractivité touristique inespéré.
Il est donc naturel que nous soyons affectés par le déconventionnement initié par les élus de la FFME des derniers sites naturels dont elle avait la responsabilité. Les inquiétudes concernant leur devenir sont réelles et à première vue, cette décision peut paraître injuste. Mais ce serait oublier que l’escalade s’est démocratisée. A cette forte hausse des pratiquants s’ajoute la judiciarisation de la société. Ces dernières années, des procès aux coûts exorbitants ont fragilisé la FFME et l’ont amenée à faire ce choix.
En tant que falaisiste, ancien athlète de haut niveau et président de Climb Up, un des acteurs de l’escalade indoor, je souhaite exprimer ma gratitude à l’égard des centaines de bénévoles de la FFME, des responsables fédéraux et des comités territoriaux, de la FCAM, et des nombreux clubs sans lesquels rien ne serait possible sur le terrain. Leur engagement quotidien va nous permettre de continuer à vivre notre passion dans des patrimoines naturels exceptionnels.
De mon côté, tout comme mes collaborateurs qui sont pour la plupart des falaisistes passionnés, j’ai conscience que nous avons un rôle à jouer. L’an passé, nous avons accueilli 150 000 grimpeurs différents dans nos salles, soit 1,5 Millions d’entrées sur l’année. Dans 2 ans, nous en accueillerons le double. Nous devons réfléchir à des solutions pour sensibiliser nos pratiquants citadins à la préservation de l’environnement et les responsabiliser quant aux risques inhérents à la grimpe en falaise. En leur apportant les connaissances nécessaires pour évaluer les situations à risque, nous éviterons des accidents, ce qui est aussi essentiel pour pérenniser nos sites naturels.
Avec notre Fonds de Dotation Climb Up, nous contribuerons à l’entretien des sites. Nous soutiendrons également des clubs qui font des falaises de leurs communes leurs lieux de pratique et de rassemblement. Leur implication est importante pour conserver le lien avec les collectivités locales et les privés.
Mais au-delà de cette contribution, nous souhaitons de tout cœur encourager la réflexion, le dialogue et la mobilisation des grimpeuses et des grimpeurs qui sont sensibles à la préservation de nos terrains de jeux.
Grimper nous apprend chaque jour à trouver des solutions, à faire preuve de persévérance et d’esprit de cordée. Utilisons cette force et cette confiance pour réinventer ensemble l’avenir de nos falaises.
 
François PETIT